L’actrice libanaise Razane Jammal nommée nouvelle ambassadrice de Dior

Dior

Forte d’une année déjà brillante, l’actrice libano-britannique Razane Jammal a été annoncée comme la dernière ambassadrice de Dior. Elle sera le visage de ses collections féminines au Moyen-Orient.

L’annonce a été complétée par une séance photo de mode mettant en vedette Jammal dans certaines des dernières créations de la maison. Elle n’est pas étrangère au monde de la haute couture – l’actrice était auparavant ambassadrice de Chanel.

« Je suis incroyablement excité d’annoncer enfin que je rejoindrai Dior en tant qu’ambassadeur de la marque au Moyen-Orient », a écrit Jammal sur Instagram.

« Depuis que j’ai rejoint la communauté de la mode, je voulais collaborer avec des gens avec qui je peux vraiment grandir, rejoindre une famille que j’apprécie autant qu’elle me valorise. Le voyage a été long, mais je peux dire avec confiance que j’ai trouvé ma maison.

« C’est le début d’une merveilleuse collaboration. J’ai hâte d’incarner les créations intemporelles de @mariagraziachiuri. »

C’est encore une autre marque de la trajectoire ascendante de Jammal. Elle joue dans le film le plus rentable de l’histoire égyptienne, Kira & El Gin , et est l’un des personnages clés de la nouvelle émission extrêmement populaire de Netflix, The Sandman.

« Ça a été quelques années très folles », a-t-elle déclaré au National dans une récente interview. « Mais je suis très heureux que le travail acharné ait porté ses fruits. »

Parlant couramment l’arabe, le français et l’anglais, la première incursion sérieuse de Jammal dans le métier d’acteur a eu lieu dans le long métrage franco-allemand Carlos en 2010. Il a été suivi par Cruel Summer en 2012, un court métrage de Kanye West, puis Une histoire de fou en 2014 par réalisateur Robert Guediguian. Les trois projets ont eu leur première mondiale au Festival de Cannes.

Basé sur 1919 , le roman de l’écrivain égyptien Ahmed Mourad , et réalisé par Marwan Hamed, Kira & El Gin est un drame d’action qui relate la révolution de 1919 contre l’occupation britannique de l’Égypte et du Soudan.

The Sandman est basé sur la série de romans graphiques révolutionnaires de Neil Gaiman.

L’expérience a été douce-amère pour Jammal, a-t-elle déclaré à The National , car sa mère est décédée l’année dernière pendant le tournage de The Sandman .

«Nous tournions pendant Covid-19 à Londres. Nous suivions des protocoles Covid-19 très stricts et je n’étais pas autorisé à voyager. Je ne suis donc pas rentré à la maison pendant huit mois après avoir perdu ma mère. Ma mère était la personne la plus importante de ma vie. C’était une mère célibataire, nous avions une relation très étroite.