Le domaine historique «Pride and Prejudice» au Royaume-Uni est désormais coté à 7,3 millions de dollars

Pride and Prejudice

Les fans de Jane Austen aux yeux d’aigle reconnaîtront peut-être Luckington Court – la demeure du XIe siècle qui a servi de Longbourn, la maison de la famille Bennet, dans l’adaptation de 1995 de la BBC de Pride and Prejudice , avec Colin Firth et Jennifer Ehle.

Dans le livre, la propriété était destinée à se retrouver entre les mains de l’insupportable M. Collins, au grand désarroi des Bennets, mais dans la vraie vie, elle est actuellement sur le marché et accessible à toute personne disposant de 7,3 millions de dollars.

Les détails clés

Le domaine classé Grade II * à Chippenham, dans le Wiltshire, présente des caractéristiques Tudor d’origine, ainsi que des éléments introduits lors d’une rénovation au XVIe siècle. Il comprend une maison principale, une écurie, un manège extérieur, un pigeonnier, des bâtiments de ferme et cinq gîtes sur 7,6 hectares de prairies et de bois face à la rivière Avon.

Construite à partir de pierre locale des Cotswolds, la maison principale dispose de huit chambres et de sept salles de bains, complétées par un logement annexe indépendant. Maison de campagne anglaise par excellence, elle présente des pièces élégantes et bien proportionnées, des plafonds impressionnants et de hautes fenêtres à guillotine. Une porte en bois sculpté est flanquée d’un portique à piliers.

C’est quoi l’histoire

Il existe un lien royal, car l’histoire locale place Luckington Court sur le site d’une propriété appartenant au roi Harold II, qui a été tué lors de la bataille de Hastings en 1066. La propriété a d’abord été agrandie et remodelée au XVIe siècle par la famille Fitzherbert. , qui en fut propriétaire de 1632 jusqu’au début des années 1800. D’autres ajouts incluent une nouvelle aile de service introduite en 1921.

Trevor Horn, le premier directeur des prestigieux Badminton Horse Trials, et sa famille ont acheté Luckington Court en 1947. Sa fille a repris la propriété en 2003 et depuis lors, a lancé un vaste programme de modernisation sur l’ensemble du domaine. Il offre de solides sources de revenus agricoles, résidentiels et commerciaux.

Il y a un grand hall de réception avec un sol en pierre calcaire, ainsi qu’une salle à manger avec une cheminée à foyer ouvert et un accès à un bureau séparé. Un grand salon se caractérise par ses boiseries décoratives et sa cheminée en pierre, et mène à une salle de musique.

Le premier étage, qui abrite les huit chambres, est accessible par deux escaliers, tandis que le deuxième étage dispose d’une cuisine séparée, d’un salon, d’une chambre, d’une salle de bains et d’une salle de jeux séparée.

Les vastes pelouses qui s’approchent de Luckington Court sont dominées par un cèdre libanais vieux de 400 ans, qui possède l’une des plus grandes circonférences jamais enregistrées au Royaume-Uni. Un terrain de croquet, des terrasses pavées, des pergolas et un portique d’inspiration romaine offrent de nombreux espaces pour profiter du grand air, au milieu des prairies de fleurs sauvages et des bouleaux argentés, des cerisiers, des tulipiers et des mûriers. Il y a aussi une roseraie séparée.

Même la notoirement piquante Mme Bennet serait impressionnée.

Le courtier dit…

« Une belle maison d’habitation du XIe siècle classée Grade II * avec des caractéristiques Tudor d’origine et une rénovation du XVIe siècle, un logement secondaire intégral, cinq autres habitations [et] des bâtiments de ferme, nichés dans une clôture de pâturages permanents et de bois avec la façade de la rivière Avon dans Luckington village », écrit la liste de Woolley & Wallis.