mai 11, 2023

« Vous ne croirez pas ce que ce coach a fait avec la réalité augmentée pour sa vitrine ! » #réalitéaugmentée #coach #innovation

Coach met la réalité augmentée en vitrine.

Partager



Coach innove avec un lèche-vitrine immersif

La marque Coach surprend avec une nouvelle expérience d’essayage virtuel en extérieur. Le dispositif de réalité augmentée est intégré à la vitrine du magasin de Prince Street, dans le quartier de Soho à New York. Cette initiative de drive to store est une première pour Coach, qui fait appel à la société Zero 10 pour la mise en place de cette opération.

Une expérience de shopping innovante

La digitalisation des usages post-Covid et l’explosion du métavers ont popularisé le virtual tryon. Coach s’empare de cette tendance en proposant une expérience de shopping innovante. Grâce à la réalité augmentée, les passants peuvent essayer virtuellement le sac Tabby, décliné dans une sélection de couleurs. Les animations et les fioritures accompagnant le rendu sur la vitrine sont très instagrammables.

Une technique de test and learn

Cette technique de test and learn de drive to store est déployée jusqu’au 5 juin prochain. Elle est un avant-goût d’une expérience plus poussée à l’intérieur de la boutique, où un miroir connecté permet de tester l’outil sur d’autres pièces de la marque. Les fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux complètent cette expérience.

Une collaboration fructueuse

Coach et la société Zero 10 ont déjà annoncé leur collaboration lors de la dernière Decentraland Metaverse Fashion Week. L’essayage virtuel du « Meta Tabby » est également disponible sur mobile via l’application de Zero 10. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la campagne de promotion « In My Tabby » lancée en mars dernier. Elle inclut notamment un service de personnalisation « Made to Order Tabby » ainsi que plusieurs activations pop-up, dont un camion de glaces itinérant aux couleurs de Coach.

Par Kakarl, l’esthète bien fagotté

« Avoir des ennemis n’est pas un luxe, c’est une nécessité. » – Paul Morand